Recherche

Les Pas Sages et Sans Destin

"Sans vos gestes, j'ignorerais tout du secret lumineux de votre âme." G. E. Lessing

Catégorie

Les passeurs d’humeurs

Pourquoi Vecteur HUGO 2017, Histoire d’un coup au cœur, Par Céline (Huot) Stanhope, Le 20 novembre 2016

En écrivant ce papier, j’ai cherché à trouver l’origine, le point de départ qui m’a menée jusqu’à cette aventure exceptionnelle, participer à la Préface d’une œuvre magistrale, d’un poète de génie Victor Hugo.

983834_10205031362640922_8543776211060928789_nNous sommes un 21 décembre, en 2014, solstice d’hiver, je me souviens du trajet de RER, du gris descendu sur les rues de Paris, du spectre marcheur infatigable Nicolas Edme Restif de La Bretonne, auteur du plus vieux graffiti* de Paris, qui nous guida Places des Vosges.

Une très belle place, demeure avant Exil de celui qui traça les premières lettres de l’immense Tribune William Shakespeare.  Le lieu respire mais les habitants s’y terrent dans des existences semblant très éloignées du commun de nos humanités.

Gavroche,

Je me souviens des chaises alignées, serrées les unes contre les autres, froides et engourdies, elles attendaient, impatientes elles-aussi ; elles vont être habitées, elles vont tendre vers l’orateur.

Certes, nous avons eu froid, pourtant nous n’avons esquissé nul mouvement pour partir, nous étions captés par la voix, par la présence, par la trace de l’absence présence de Victor Hugo.

« Tu ne deviendras jamais le personnage, tu peux seulement le représenter. » scandait Jouvet.

Et pourtant,

Pris par les mots, nous étions comme touchés par la foudre, la force de Représentation et de Transmission du tribun Laurent Schuh. Portant le verbe Haut.

« Il s’agit de mettre ses pieds dans les traces d’un pas d’un autre. C’est ce qui ineffable, bouleversant. (…). Nous parlons les mots qui ont été parlés par lui-même. Nous reproduisons son souffle. Nous reproduisons sa ponctuation, son mouvement de phrase, son corps (…). » Antoine Vitez

Contemplation

Demain ne peut attendre

Magie

Tout y était

Demain, le jour qui suit, l’avenir, pas le futur

Et c’était bien une prière, une invocation, une injonction de l’Ego Hugo, un cri vers Nous

Pouvoir, le possible, la capacité

Attendre : tendre, être attentif

Attention à ne pas

Attentionné vers

Demain ne peut attendre !

Manifeste poétique et politique extrait de William Shakespeare de Victor Hugo, éditions unicité.

« Les paroles sans les pensées ne vont jamais au ciel. », Shakespeare, Hamlet, Acte III

Nécessité donc de réentendre, de relire, de transmettre. Revenue chez moi, je me suis précipitée pour retrouver ce texte, je voulais transmettre je voulais qu’Eux aussi lisent, entendent ces phrases majeures, les pensent :

L’avenir presse. Demain ne peut pas attendre. L’humanité n’a pas une minute à perdre.

– L’Art est une immense ouverture, béante à tout le possible.

– « Maintenant, debout tous, à l’œuvre, au travail, à la fatigue, au devoir, intelligences ! il s’agit de construire. Ici trois questions : Construire quoi ? Construire où ? Construire comment ? Nous répondons : Construire le peuple. (…) Travailler au peuple ; ceci est la grande urgence. »

– Ecartons tout ce qui peut déconcerter les audaces et casser les ailes ; l’art est un courage »

– L’étendue du possible est en quelque sorte sous vos yeux.

– C’est par le réel qu’on vit ; c’est par l’idéal qu’on existe

– Penser est une générosité

– L’art est un courage

– …

Elles sont de celles qui vous frappent tant la nécessité aujourd’hui plus que jamais à les entendre.

Puis, j’ai cherché à comprendre la démarche des Arts et Mouvants, de Laurent Shcuh, de Litana Soledad… Compagnie des mondes allant vers. Présidente des Pas Sages et Sans Destin, nous ne pouvions qu’être attentifs l’un à l’autre.

J’ai compris le souci qu’ils avaient des grandes problématiques actuelles, celles qui mènent à la création artistique, philosophique. Deleuze, dans son Abécédaire, nous rappellent ce qu’est un concept : une chose qui n’est pas autre chose qu’elle est, créée par le philosophe, elle répond à un problème.

VH17 est un concept, c’est une création, par l’âme d’Hugo, vers ce quoi l’avenir ne peut plus tendre. Le schéma narratif est à compléter dans l’Histoire que nous écrivons à coups, de vie(s), de guerres, de figurations, d’oublis, de violence et de drame.  A 19 ans, une pensée m’était venue : L’histoire n’est toute entière qu’une infinie larme dans l’œil d’une éternelle…

J’ai commencé mon texte introductif, en indiquant qu’il y avait urgence grandissante à réveiller les morts. Ils ont entendu puis qu’ils ont été 500 à parrainer la candidature de Victor Hugo. Ils se révéleront le mardi 22 novembre, au sein de la maison d’édition Unicité qui s’est faite Vecteur elle aussi.

Nous sommes une Humanité lasse, douloureuse, fiévreuse, en reste. Nous sommes fatigués, ghettoïsés, mais luttant, debout, à terre, oubliés, ignorants, érudits. Une société des lumières en échec, avortée… Les grands idéaux n’ont servi que des pouvoirs dominants et aliénants.

Élément perturbateur : élections présidentielles

Adjuvant : Victor Hugo et … à nous d’incarner

Opposant : les menteurs, ceux prêts à jouer de toutes nos frustrations

Evénements à venir : chaque jour agir, Aimer c’est agir

Ce que j’attends de Victor Hugo et de tous politiques qui voudront bien le suivre dans cette voix :

Des incarnations de pouvoirs et non des représentants du marché. J’attends de la carrure, de l’intelligence, de l’’empathie, de la révolte.

J’attends que ce qui est prévue soit annoncé (valeur honnêteté) —-à pas de lois Macron sortant du chapeau

J’attends de la dignité, (valeur légitimité) —-à pas d’homme condamné par la justice des hommes dans notre futur gouvernement (ça va faire de la place ?)

J’attends un peu de tenue que diable (valeur : politesse) ————-à je ne veux pas de confidence sur l’oreiller, de vulgarité

J’attends de la virtuosité poétique, que le signifiant et le signifié s’harmonisent de leur symbole vêtu (Donald : soyons sérieux) (valeur : la beauté)

J’attends de savoir ce que va devenir cet argent public fruit de nos impôts, de nos taxes TVA, de nos charges sociales, —————-à ingérence, guerre, puis terrorisme

Aujourd’hui, je poursuis ces lignes dans un café fuyant un autre où un serveur souhaitait désespérément abattre un pigeon maladif cherchant chaleur auprès de citadins hélas terrifiés et appelant à l’haraut. Prêt à le saisir, je me suis levée d’un coup pour sauver l’envol de ce pauvre être. Il a volé haut et j’ai fui mes semblables.

« Nous aurions une âme et le monde n’en aurait pas ! L’homme serait un œil ouvert au milieu de l’univers aveugle ! Un œil ouvert ! Et pour voir quoi ? Le néant ? » Victor Hugo « Choses vues »

 Qui serons-nous demain, à l’avenir ? Quelle humanité sauverons-nous ?

http://www.unjourdeplusaparis.com/paris-insolite/premier-graffiti-paris-place-des-vosges

Pour la soirée du 22 novembre, 19H30, toutes les informations et invitations à retirer ici :

https://vecteurhugo2017.wordpress.com/2016/11/15/mardi-22-novembre-a-19h30-a-paris-22-vla-demain/

VH candidat.gif

Vendredi 24 juin à 19h30 : HAMLET : AUTO-PSY D’UN FANTÔME

Vendredi 24 juin à 19h30 : HAMLET : AUTO-PSY D’UN FANTÔME

Partage public d’une étape de travail sous forme de performance d’environ 1H15 rue de la Santé dans un lieu tenu secret qui vous sera révélé au 06 20 38 54 72 ou au 06 60 88 53 05 ( Entrée libre sur réservation obligatoire ! )

Une expérience théâtrale et scientifique présentée dans le cadre de L’Académie A.D.N d’Art Dramatique Nomade et des Rendez-Fous de La Santé sous la direction de Laurent Schuh avec Céline Huot, Elé Madell,Hélène Milan, Nathalie Vidaillac et Mark W.Suits aux instruments

S’inspirant de la matière d’Hamlet et explorant ses archétypes, une performance sous forme de conférence psychanalyticopoétique qui révèle les dessous et les signifiants de l’œuvre de Shakespeare. Un voyage au cœur du fantôme dans son ADN comme autant de folie, de mort, de renaissance, de trahison, de pourriture, de poison, de non dits, de luxure, de double, de lieu et de non lieu, de dedans et de dehors, de visible et d’invisible, de conscient et d’inconscient … comme il en existe dans toutes les familles, berceau de tous les conflits et d’exacerbation de pulsions contradictoires. Portrait de famille atemporel ?

En partenariat avec Culture Hôpital
Visuel : Litana Soledad
www.lesartsetmouvants.com/actualites

Les Pas Sages et ont entendu l’appel, et Vous?

JE RETROUVE L’APPEL ICI :

« J’appelle »… à voter VECTEUR HUGO 2017 !

AIMER C’EST AGIR !A4_Vecteur_Visuel générique

https://vecteurhugo2017.wordpress.com/

Suite à la Lecture du texte « Le retour » De Catherine Ferrière Marzio

Suite à la Lecture du texte « Le retour »

De Catherine Ferrière Marzio,  Mise en voix : Céline Huot

Dans le cadre Rendez-vous d’Impromptus PerformatIFs et ParticipatI Le courant alternatIF du Festival d’AvignonIF : NI IN – NI OFF Du 26 au 31 juillet 2015 à la Fabrique des Imaginaires de Saint­Géniès de Comola

PRODUCTION http://www.lesartsetmouvants.com/actualites/

Les Arts et Mouvants, à l’endroit des mondes allant vers en co-réalisation avec  la Fabrique des Imaginaires

Quelques retours en image avant la vidéo de la Lecture très prochainement.

Photographie : Charlotte Collin, Studio Collin (http://www.studiocollin.com/ )

Pour retrouver le texte : http://remue.net/spip.php?article7515

Un mot de l’auteur

Le retour, le Retour. Quand j’ai écris ce texte j’étais retournée là où j’ai grandi : mon père était mort.

Je voulais lui écrire une lettre, le Retour est cette lettre.

C’est pour cela que j’ai voulu que ma fille aînée vous lise ce texte à voix haute et à haute voix, car ce texte est adressé à un mort : Père ! Viens que je te porte !

A un mort qui écoutera ainsi comme il fut vivant.

C’est pour cela que seule ma fille peut en assurer la transmission.

Merci à Laurent Schuh d’avoir donné suite à ma proposition,

Merci à Céline.

Catherine Ferrière Marzio

Un mot de la comédienne

Il y a des Silences plus grands que la plus haute clameur, il y a des Ecoutes qui ne se nourrissent que du présent. Il y a des attentes d’une infinie peine. Il y a des chaleurs humaines qui guérissent de toutes les froideurs des paires.

De ses silences, j’appris :

La clameur des garrigues

La détresse attentive des animaux perdus

Le souvenir des morts

La voix des vivants

Le bruit sourd d’une boule de pétanque retrouvant le sol du Sud

La douleur de ce qui ne peut que se taire

….

De ses écoutes, je sus :

L’humilité de l’invisible

De son attente,… je ne pus que suspendre de rares mots, souvenirs, d’un Pays qui l’a emmené avec lui vers cette autre Rive. Papy avait ces dons du silence et de l’écoute.

 

D’une parole rare il transmettait au-delà de lui. Je pourrais conter mes souvenirs : la lambada dans la voiture, les parties de belotte dans le soir d’été, l’odeur du pastis, la bergerie de nos garrigues, l’amour des bêtes transmis, les tristesses nocturnes, l’écoute de mes pleurs, la protection, l’amusement encore et encore, la pétanque, ma première ballade en vélo …. Mais c’est par les ballades de ma mère que de sa présence j’espère vous livrer l’incroyable beauté d’un homme qui savait d’un murmure être l’écoute.

Céline Huot

 

festival

Alphabet d’une Odyssée interdite de berges…. au Festival de l’Oh jour 2.

Le Communiqué

https://www.facebook.com/notes/laurent-schuh/censure-communiqu%C3%A9-de-presse-pour-une-odyss%C3%A9e-qui-tombe-%C3%A0-loh-/1119539978073134?pnref=story

Incompréhension jour 2.

De ce qui avait été commis :

image4« Des voyageurs en partance 

…. 

des valises

….

le dit de l’amour 

…. 

des oreilles suspendues 

….

un mur de 19 320 km de séparations

…. » 

Une Marche

Le fait même de se mettre de debout

Le fait même d’avancer

Le fait même de s’écouter

Le fait même de se chercher

Le fait même de savoir qu’il nous fallait donner existence à un Nous

Le fait même d’être ensemble

Le fait même d’être voyageur

Le fait même d’une même direction

Le fait même d’être en partance

Le fait même d’un chant commun portant à avancer vers

Notre cortège était singulier car loin d’être dans une marche unique, nous étions, être(s) singulier(s), attiré(s) par un ailleurs, par l’autre côté de la vitre du Lavomatic, par le monde des vivants, peut-être par Nous?

Etymologie du mot [marche]

Racine germanique marka (« frontière » mais aussi « signe de démarcation de la frontière »)

Description cheminement avec au cœur le souvenir d’une philosophie ancienne alimentant parole et esprit. 

Nous nous regroupions au détour d’un chemin, d’un tournant, d’un mur, d’un bosquet. Parfois assis, parfois couché, parfois perché,
parfois enfoui.

Ainsi, ensemble, la marche fut douce, provoquant regards interrogateurs et suiveurs.

Ce que j’ai vu : un tapis de chaussures, des chaussures esseulées le image2long de la berge, des chaussures regardant l’autre rive, des chaussures prêtes à rejoindre les profondeurs, des chaussures de noyées, chaussures Orphéliennes, bottes de sept lieux, souliers de pas perdus.

Certains abritaient des éventails odorants, quelques effluves pour nez averti auraient pu m’effleurer si le vent s’en était mêlé.

J’y ai vu des draps suspendus, ballotés par  les vents ; des cordes épaisses, marines ; des oreilles prêtes à entendre ; des feuilles arbres ; des cous se tendre pour voir ; un mur, il y faisait froid malgré le rouge de ses lettres. Mes yeux se sont baissés à la rencontre des murs de la honte.

image1

Nous étions en route,

« 19320 km de murs séparent les peuples

  • mur entre Corée du Nord et Corée du Sud. 248 km. Hauteur 2 à 3 mètres. Barbelés, grillages. 1963.
  • mur entre Israël et Cisjordanie. 680 kilomètres. Béton, Barrière électronique, barbelés. Commencé en 2002.
  • mur souterrain entre L’Égypte et Gaza. 3 kilomètres. 10 km.
  • béton de 20 à 30 mètres dans le sol. En cours depuis 1979.
  • mur de Chypre entre grecs et chypriotes. 180 km. Largeur : 20 mètres à 7 kilomètres. Barbelés, immeubles, sacs de sable,
  • bidons. De 1964 à 1974.

.

.

.

.

. »

Puis le sentier,

Puis ces espaces secrets en attente de nos présences.

Puis les regards et cette force motrice nous attirant vers,

Ces (ori)peaux enfilés  à la hâte, déformant corps et apparences, qui s’alourdissent à chaque pas

Un poème me trottait lancinant en m’interrogeant sur ce qui pousse à l’exode, à l’exode en emportant tout, en s’aidant par le chant par ces phrases intimes à avancer sur tous les chemins, à être ensemble, à …

« La grasse matinée 

Il est terrible

le petit bruit de l’oeuf dur cassé sur un comptoir d’étain

il est terrible ce bruitimage3

quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim

elle est terrible aussi la tête de l’homme

la tête de l’homme qui a faim

quand il se regarde à six heures du matin

dans la glace du grand magasin

une tête couleur de poussière

ce n’est pas sa tête pourtant qu’il regarde

dans la vitrine de chez Potin

il s’en fout de sa tête l’homme

il n’y pense pas

il songe

il imagine une autre tête

une tête de veau par exemple

avec une sauce de vinaigre

ou une tête de n’importe quoi qui se mange

et il remue doucement la mâchoire

doucement

et il grince des dents doucement

car le monde se paye sa tête

et il ne peut rien contre ce monde

et il compte sur ses doigts un deux trois

un deux trois

cela fait trois jours qu’il n’a pas mangé

et il a beau se répéter depuis trois jours

Ça ne peut pas durer

ça dure

trois jours

trois nuits

sans manger

et derrière ce vitres

ces pâtés ces bouteilles ces conserves

poissons morts protégés par les boîtes

boîtes protégées par les vitres

vitres protégées par les flics

flics protégés par la crainte

que de barricades pour six malheureuses sardines..

Un peu plus loin le bistrot

café-crème et croissants chauds

l’homme titube

et dans l’intérieur de sa tête

un brouillard de mots

un brouillard de mots

sardines à manger

oeuf dur café-crème

café arrosé rhum

café-crème

café-crème

café-crime arrosé sang !…

Un homme très estimé dans son quartier

a été égorgé en plein jour

l’assassin le vagabond lui a volé

deux francs

soit un café arrosé

zéro franc soixante-dix

deux tartines beurrées

et vingt-cinq centimes pour le pourboire du garçon. » Jacques Prévert

Et puis soudain, la clairière, on nous attendait, sourire aux lèvres, soucieux, perplexes, et puis un homme déclamant, déclamant, offrant, souffrant,  pleurant, transpirant, suppliant, des mots d’amour, le dit de …

Qu’ont-ils interdit ici : une marche, un mur, une écoute, le dire, un chant, un sentier à contrecourant, un désir, une douleur, un ensemble, un voyage, des chaussures, une oreille rouge ?

A vous,

Céline Huot

https://soundcloud.com/oelune/el-herbolario-1

Liens d’Actualité

http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/2015/05/30/une-marche-pour-rendre-hommage-amadou-koume-mort-dans-un-commissariat-de-paris-735379.html

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2015/05/29/face-a-l-exode-des-rohingya-l-asie-du-sud-est-sort-de-l-indifference_4643347_3216.html

http://www.lavoixdunord.fr/region/fourmies-ginette-gouaut-86-ans-veut-faire-revivre-ia12b0n2855322

http://www.lefigaro.fr/international/2015/05/19/01003-20150519ARTFIG00316-le-tragique-exode-deshabitants-de-ramadi-au-kurdistan-irakien.php

image5

Censure : Une Ôdyssée qui tombe à l’Oh !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Une machine à laver imaginaire
Des voyageurs en partance
le dit de l’amour
des valises
des draps
des livres
des plumes
un berger de laine
un tambour recyclable
des fils et pinces à linges
la maladie de la chair
le Petit Prince
un hublot de visages
le Petit Poucet
les larmes de Raiponce
une chevelure de noyée
un globe terrestre crevé
le fils d’Ulysse
un kamasutra voilé
des couinements de draps
un fantôme
Mimi Cracra
Eros
une sirène à l’envers
un nez perdu
des parfums retrouvés
une lavandière à la tâche
une esclave ménagère
une alarme
un rêve
un esprit dansant
un exode
un mur de 19 320 km de séparations
100 poèmes d’amour
des oreilles suspendues
le chant des marais
un drapeau de sang
des tâches de guerre
des seaux d’eau
une passe à poissons
des fils olfactifs
200 chaussures tombées du ciel
la maman des poissons
des voix citoyennes
un vol de papillons
des draps battus
un homme à poussette
une bouée en canard
un chariot de supermarché
un vendeur de lessive
un dessous de pont
des êtres à l’abandon
un distributeur d’argent sale
une blanchisserie de billets froissés
un strip tease de miroirs aux allouettes
une femme fontaine
une tournée générale de distributeur automatique d’eau
une savonnade collective
un douanier à tête de chien
un videur de bagages
un décollage aérien
une danse de valises
un tourbillon de bulles
un atterrissage martial
la découverte du feu
une métamorphose
Merlin l’enchanteur
le langage des arbres
une marche à l’envers
un dragon
un maître d’hôtel
une arête de poisson
un œil de verre
un lavage de linceul
une planche de salut

Tout ceci, initié par la rivière Marne, nous a été interdit par le Festival de L’Oh !

Voici ce que quelques uns n’ont pas voulu voir et ce que beaucoup d’autres par leur pouvoir ne
pourront plus voir. L’être de l’avoir n’aime pas se mouiller dans les lavoirs de l’être. Dommage que le Festival de L’Oh n’ait pas eu le pouvoir d’y plonger. Plaira-t-il autant qu’il a plu ?
Lo Schuh

COM UN POISON DANS L’OH !

Le Festival de L’Oh a invité le collectif Les Arts et Mouvants à investir le site de l’écluse de Maisons Alfort/Saint-Maurice à travers ses berges et sa passerelle sur un parcours de 1,4 km pour y présenter une proposition itinérante et performative intitulée Ô ! L’ÔDYSSEE DU XXI° CYCLE définie comme « un opéra mobile ur’bain en lavoirs de l’être ».
Comme convenu préalablement avec la direction du Festival nous avons élaboré in situ en quelques jours une partition vivante à dimension poétique et politique où nous interrogions la condition humaine à partir du langage de la machine à laver les traces, la crasse, les cerveaux, l’argent sale, les tissus de la mémoire, le sang des drapeaux, les doudous d’enfance, les draps de nuit, les voiles de jour, les passages et repassages, les mythes, …

D’une rive à l’autre, sous forme de performance déambulatoire, nous avons tenté, dans de multiples étapes allégoriques:
– d’exprimer les travers de ce monde en questionnant la norme folle et les frontières
– de nous débarrasser de nos oripeaux pour engager un envol sur la passerelle qui relie Maisons Alfort à Saint-Maurice.
– d’atterrir dans un monde rêvé, purifié, idéalisé, organique et sensoriel où nous faisions alors peau neuve.
– et naitre à un autre langage, en d’autres mouvements où nos organes faisaient corps avec mère Nature.

C’est ce que nous a inspiré ce site dès le premier repérage avec l’eau de la Marne, porteuse d’une mémoire antique, et courant dans le monde actuel industriel….
Nous avons habité le temps et l’espace pour faire corps avec ce site ; développant et convoquant tous les sens comme tous les éléments dans une interaction avec le public.

Cette « invitation au voyage « s’est en effet déroulée sur un parcours de plus d’un kilomètre, où nous
nous sommes mélangés, frottés, aspergés, froissés… et nous en sommes ressortis lessivés !

19320 km de murs séparent les peuples à travers le monde.
Aujourd’hui un nouveau mur s’est dressé : « Vous ne jouez pas demain ! »

Sentence adressée au coucher du soleil de ce samedi 30 mai par l’organisation du festival de l’Oh !
Aucune raison n’est donnée. La censure se cache derrière un ‘tout un tas de raisons’. Lesquelles ?
Notre parcours poétique et politique empêcherait la déambulation des passants venant voir la Marne, fleuve martyrisé et lui-même censuré par l’autoroute des roulants allant vers…
« Ô source perdue qui ne pouvez plus fleurir !» écrivait Louisa Paulin il y a un siècle. Aujourd’hui notre chœur –cœur commun- construit au fil des mois à rêver ce moment, pleure « Ô humains perdus qui ne pouvez plus voir ».
Vite, vite, dépêchez-vous, il est grand temps de ne pas obéir au diktat des puissants portant le monde aveuglément.

Marcel Aurange , Mauro Basilio, Francesco Betti, Sophie Blet, François Ecot, Fabien Gaillard, Philippe Guinet, Céline Huot, Adèle Le Roux, Eléonore Melchio, Hélène Milan, Laurence Murat, Nawel Oulad, Cécile Pantelleria, Boun Sy, Laurent Schuh, Litana Soledad, Ludivine Thomas

Pour le Collectif Les Arts et Mouvants
Le 31 mai 2015

CONTACTS :

Laurent Schuh Directeur artistique : 06 60 88 53 05 – contact@lesartsetmouvants.com
Litana Soledad co-directrice : 06 20 38 54 72 – prod@lesartsetmouvants.comimg2 img1img2

APPEL à COLLECTE CITOYENNE Pour la création de : Ô ! L’ Ôdyssée du XXI° CYCLE Lov’amatic Ur’bain

Les Pas Sages et Sans Destin soutient img_sys_4636:

 

« APPEL à COLLECTE CITOYENNE
Pour la création de :
Ô ! L’ Ôdyssée du XXI° CYCLE
Lov’amatic Ur’bain

Ô ! L’ Ôdyssée du XXI° CYCLE est une création transdisciplinaire artistique, culturelle et festive portée par les Arts et Mouvants qui prend sa source dans l’espace allégorique de laverie automatique ; un Lov’amatic Ur’bain qui s’installera pour la circonstance à l’écluse de Maisons Alfort le temps du Festival de l’Oh ! les 30 et 31 mai 2015.
Un parcours performatif inédit, pluridisciplinaire où les corps, les voix, les sons et les matières composent une partition poétique et politique.
Une Ôdyssée de l’espèce pour nous faire voyager, au gré de ses cycles, à travers ses tissus confrontant les frontières du réel et de l’imaginaire pour les conjuguer et les frotter à l’épreuve de notre actualité.
Lov’amatic Ur’bain mêlera écritures, sons, voix, images, tambours, lumières, formes, mouvements, corps et jeux dans un rapport ludique et intergénérationnel intégrant le public au sein de différents parcours scénographiques.
Un événement spectaculaire interactif qui naviguera entre cirque contemporain, cabaret, œuvre opératique et bal populaire.
Nous avons besoin de vos contributions pour mener à bien cette belle aventure !
Une collecte est lancée où il nous faut réunir :
• Des chaussures en quantité, par paires si possible
• Des gants de type « Mapa » en caoutchouc de toutes les couleurs
• Des vêtements en grande quantité de toutes tailles, tous styles, toutes couleurs
Une grande panière est à votre disposition tous les dimanches à l’entrée du Chêne, Centre de création AlterNatif du Grand Paris* pour se faire.
Les dimanches de la forge de 13h à 22h au Chêne
131 Avenue de Paris 94800 Villejuif – Métro Ligne 7 Villejuif Léo Lagrange – http://www.lechene.odexpo.com/
N’hésitez plus : libérez vos placards et faites don de vos oripeaux à notre Ôdyssée pour faire œuvre ensemble sur les bords de Marne.
Si vous souhaitez participer de l’installation de notre Lôv’amatic Ur’Bain sur le site de l’écluse de maisons Alfort (habillage des arbres, collages sur mur,…) la semaine du 25 au 29 mai, merci de nous joindre au 06 60 88 53 05 ou 06 20 38 54 72 pour vous y inscrire.
Votre plus belle récompense sera d’en voir le résultat les 30 et 31 mai prochain ; vous êtes donc les bienvenus au Festival de l’Oh !
Plus d’information sur http://www.lesartsetmouvants.com/actualites
NB : à l’issue du Festival, les vêtements et chaussures seront offerts à une ou plusieurs associations caritatives »

les pas sages

L’édition pilote LES RENDEZ-FOUS du Roi-René, du 19 AU 28 JUIN 2015

Nous souhaitions vous faire part de cette belle aventure initiée par Saint-Mathurin, Le Roi René, Le Lieu Dit & Les Arts et Mouvants

crédit photo : Patrice Lambert
crédit photo : Patrice Lambert

« RENDEZ-FOUS AVEC VOUS …!
Conférence de presse ouverte au public le lundi 9 mars à 11h30 !

Communiqué de presse :

Saint-Mathurin, Le Roi René, Le Lieu Dit & Les Arts et Mouvants
vous invitent à
LA CONFERENCE DE PRESSE
et présentation d’avant-programme
de l’édition-pilote
LES RENDEZ-FOUS du Roi Re-né

LUNDI 9 MARS A 11H30 Portail de la mairie de Saint-Mathurin sur Loire / 8, Levée du Roi René
Cette conférence de presse sera suivie d’un apéritif déjeunatoire

Répondant à l’urgence de l’Appel du psychanalyste Patrice Lambert,http://www.lesartsetmouvants.com/…/texte_fondateur_rfrr__00… ,
Saint-Mathurin réinvestit son patronat au pied de la lettre et élève Saint-Mathurin sur Loire au rang de « capitale universelle des clowns, des bouffons et fous » pour nous plonger dans LES RENDEZ-FOUS du Roi-René dont l’édition-pilote se tiendra du 19 AU 28 JUIN 2015 !

10 jours de temps fous à vivre des bords de Loire au bord du monde. Un flux festif de rencontres, expériences et découvertes dans un village habité de performances, projections, festins, débats, lectures, installations, concerts, impromptus, cabarets, gestes participatifs et créations interactives où petits et grands conjugueront leurs talents fous au temps présent des Rendez-Fous du Roi Re-né !

Venant de l’Anjou, de toute la France et d’Europe, qu’ils soient célèbres et méconnus, de très nombreux artistes de la scène, de la piste et de la rue, du son, de l’image et de la plastique, psychanalystes, psychiatres et professionnels du soin ainsi que philosophes, chercheurs et écrivains ont déjà répondu positivement à cet Appel.

ET VOUS ? SEREZ-VOUS AUX RENDEZ-FOUS ? EN REVIENDREZ-VOUS ?

Patrice Lambert, initiateur du Lieu Dit & Laurent Schuh, directeur artistique de l’association Les Arts et Mouvants en charge de l’orchestration des RENDEZ-FOUS du Roi Re-né, vous en dévoileront le programme lors cette Conférence de presse qui sera suivie d’un apéritif déjeunatoire.

Merci de bien vouloir PRENDRE SOIN de confirmer ou d’infirmer votre présence auprès de Litana Soledad : 06 20 38 54 72 prod@lesartsetmouvants.com »

Au grand plaisir de vous accueillir ! »

11042676_10200462893292608_5665821467745015084_n

Viens écouter Scarletspider’s et cELLp !

Pourquoi j’écoute Scarletspider’s… au travail, quand je me réveille, en balade, sous la douche, dans le cosmos et j’en passe… ?

Pour toutes les raisons qui me font écouter quelqu’un qui me parle !

Tout d’abord on entend un rythme inimitable, une espèce d’entrainement, du genre « salut ! Je te connais pas mais si tu veux on va faire un tour, je crois qu’il y a des trucs sympas par là !».

Et l’univers de Scarletspider’s est riche, intense, et exigent. Exigent car à travers ces titres, on constate une recherche, peut-être bien même une quête, oui une quête de je(u). Des jeux musicaux, mais aussi des « je » qui jouent.

petite fille

Il y a la culture musicale du Classique, des petites touches de piano et du jazz, du rock, un peu de Doors, Led Zep par ci, un peu de Duke Ellington, Henderson par là…. Et cela tout en finesse et rigueur. Tout a été minutieusement écouté, choisi et s’entend donc de la même façon.

Il te prend une petite dose de tout ça, et BAM, ça touche et tu ne coules pas, au contraire tu t’éclates.

J’ai parfois l’impression d’être sur une vague qui passe de mer en océan en fleuve avec un certain entrain et même une nécessaire joie quand j’écoute par exemple Bitach ou « Always Closer To the End ».

Disons-le je ne suis pas une farouche accroc de la House mais, je ne cacherais pas une singulière jouissance de l’oreille de l’entendre un peu maltraitée par Scarletspider’s dans « Mygirl » par exemple qui me donne instantanément envie de me lever sur ma table et de danser à « gorge déployée ».

Quand je vois Tazio Caputo avec son groupe, ce sont les mots de Schopenhauer qui me viennent :

« La ferveur indicible qui anime toute musique et fait défiler devant nous un paradis si familier et pourtant éternellement lointain, si compréhensible et pourtant inexplicable, tient à ce qu’elle reproduit toutes les émotions qui agitent notre être le plus intime, mais dépouillée de toute réalité et des souffrances qui s’y rattachent. »

Arthur Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation

Pourquoi, car selon ma sensibilité la virtuosité de ce jeune artiste est mise au service d’un questionnement sur la musique : qu’est-ce que la musique ? Qu’est-ce que le jeu musical ? et si on jouait à s’interroger ensemble, et si on confrontait les genres, les instruments, et c’est bien une interrogation philosophique non ? Notre très cher grand philosophe nous a d’ailleurs indiqué que la philosophie s’était perdue d’avoir oublié d’emprunter les chemins de l’art pour s’interroger sur l’univers dont bien piètre créature nous faisons partie.

Donc je continuerais de me laisser étourdir à travers Scarletspider’s et CeLLP et je vous invite à le faire avec nous !

Céline Huot

scarlet

 Pour écouter Scarletspider’s :

Mes morceaux préférés : Biatch, MyGirl, I Saw Sadness Upon Faces, See you Later, G. Denitto – Chromatic Moon ( Scarletspider RMX ), ….

Pour écouter cELLp :

Mes morceaux préférés : Siete/sette (caputo//riquelme), Stop ! (caputo/gaudin), Deadline, Rouge

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :