» En dépit de la réaction vigoureuse de Socrate à leur encontre, certains sophistes pensent le réel en mettant en évidence un type d’objectivité diffèrent de celle des philosophes. Ce sont deux visions de l’objectivité qui interviennent dans l’affrontement entre les sophistes et les philosophes : la première, celle des sophistes, énonce l’idée selon laquelle le vrai serait constitué par l’accord des individus, tandis que pour les philosophes le vrai préexisterait aux individus. Pour les sophistes, l’objectivité est relative au contexte politique et social d’une cité, alors que dans le champ philosophique elle transcende les contingences du monde sensible par l’activité rationnelle afin de parvenir au vrai. Le conflit entre ces conceptions aux démarches pourtant irréductibles, fut inévitable d’autant plus que la démocratie athénienne invite les citoyens à débattre en public. C’est une de ces discussions que Platon va présenter dans le « Gorgias » où Socrate, critiquant la politique de prestige réputée avoir fait la grandeur de l’Athènes de Périclès, fait face à Polos, Calliclès ainsi que Gorgias.

« 

Calliclès

A lire ici  : http://fr.calameo.com/books/000684299eddad79e9a47

Publicités