1006292_567917023246817_1694643607_n

Crédit photo @Catherine Ferrière Marzio

En Avignon. J’ai vu, j’ai vu et entendu. Des ruelles chaudes. Des rues bondées, blindées et des espaces vides.

Il y eut d’abord Moi, Dian Fossey, comédienne seule mais pas esseulée. Elle se tenait là, devant un arbre, son arbre. Elle nous a parlé, raconté, effleuré et ce fut beau, triste, vibrant avec le laid de la mort et la beauté de la rencontre.

affiche-hiver
Belle performance que d’arracher des larmes à des êtres rompus aux souffrances des bêtes et des hommes. Mais, lorsqu’on parvient à nous raconter, même l’espace d’une seconde, l’humanité. Alors, oui, une chose peut se passer, se transmettre, se donner à voir. Représentation réussie.

Ainsi, débuta notre festival. D’autres rues enflammées, chaleur et cigales, cigale et chaleurs. L’on se perd un peu.

Mines déconfites de comédiens en manque de public. Je voudrais tous les voir car : venir là et affronter le théâtre qui a le droit, qui a le droit au financement, qui a le droit au public ou les deux mon capitaine ! Sous et parterre ! Affronter ceux qui ont été reconnus et qui ont monté de grade et, peuvent aller gesticuluer dans les salles « où il faut aller ». Y retrouver le même public qu’à Paris. Les mêmes rires, soupirs, pas pressés. Les regards ennuyés de ne pas te connaître, peux-tu être importante ? Mais, alors qui es-tu?

Affronter tout ça et plus encore. Se ruiner mais ne pas attire. Je salue même si, peut-être, la scène ne serait pas à la hauteur.

En route donc vers d’autres spectres. Car les âmes errantes des montagnes du Rwanda nous ont tenu la main et leur fée dont le crâne a été fendue nous a ouvert la route.
Je repenserai souvent à cette comédienne. Grands yeux, voix habitée, présence simple et pénétrante. Je repenserai à son émotion lors du salut, à cette humilité toute simple que je guette toujours à la fin d’une pièce. Car, grands dieux, quelle déception quand touchée par un texte et les comédiens qui l’ont porté, ceux-ci par un regard t’avoue qu’ils n’en ont cure.

dianfossey3

____________________________________________

« Moi, Dian Fossey »
Cie Gérard Vantaggioli – Production Théâtre du Chien Qui Fume

Interprète(s) : Stéphanie Lanier
Auteur : Pierre Tré-Hardy
Mise en scène : Gérard Vantaggioli
Création lumière et régie : Franck Michallet
Vidéo : Jérémy Meysen
Musique : Eric Breton
CREATION 2013 – Production Le Chien Qui Fume

Pour en savoir plus : http://www.chienquifume.com/programmation-chien-qui-fume/moi-dian-fossey.htm

Publicités