Ne pas, même pour rire.

absolument estomaquée, pendant 1h sans reprendre mon souffle par l’incroyable débâcle qu’on a fait subir à ce texte. 

Monter du Luca, c’est difficile parce qu’évident. Il a soumis ses propres clés, son corps, son-sens, son « ontophonie »: Luca, c’est l’auscultation obsessionnelle et féroce de la langue qui bute et qui accouche du sens. Par apparitions.

Pourquoi s’acharne-t’on à l’affubler de ces situations insipides, cet espace gratuit, ces visages idiots? grammaire manquée.

théâtre subventionné. 

Allez le relire plutôt,  l’entendre.

lui rendre justice

ici sa voix  http://www.youtube.com/watch?v=t0bnWBk0k_8

et là http://www.ubu.com/sound/luca.html

(pour en savoir plus: http://www.jose-corti.fr/auteursfrancais/luca.html)

Aline Carpentier

Publicités