Ceci est mon billet d’humeur ou plus exactement d’impression, un peu fougueux, il sera suivi d’un article de fond prochainement.

 Basquiat s’offre, alors ne lui accolez pas de bateaux termes,…

 Une exposition de Basquiat n’est pas une sortie culturelle, c’est une véritable quête, traversée. Cet artiste vous donne tellement que vous ne pouvez vous sentir que mal à l’aise face au peu que vous parvenez à « comprendre » au premier sens du terme. Vous repartez inexorablement avec une certaine mélancolie de devoir le quitter, car c’est bien lui qu’il offre à vos regard, lui dans toute sa complexité assumée. Mélancolie aussi de le savoir mort.

 La scénographie de cette exposition est épatante, elle vous permet de manière épurée de suivre Basquiat dans son évolution créatrice. Loin de tomber dans tout pathos, elle est ponctuée de rares textes, ou citation mais, qui suffisent à ne rien « manquer » de ce qui vous éclairent dans les créations qui suivent. On pourrait lui reprocher peut être un peu trop de sérieux qui contraste avec le contenu de cette prise en main de l’objet artistique si particulière chez Basquiat. Mais, en même temps elle permet de ne pas flirter avec une quelconque trahison.

 La rétrospective est longue et, monte en intensité. Basquiat est brillant, survoltant, jouissif. Il vous parle, il exulte, pense, se meurtrit avec vous. Sa gravité et sa profondeur vous épatent. C’est un artiste mystique, en transe, virevoltant dans l’esthétique de son temps. Précurseur il prend ses racines loin, très loin et le sait, il vous transmet son et leur Passé.

 Tribal, urbain, « vaudouesque », esthète, penseur, philosophe, grapheur, graveur (de frigo notamment).. Il endosse ces multiples identités pour en fonder une, étonnante de complexité, de racines, sans complexes, assumée mais, qui vous attend et vous questionne. De quoi refusez – vous de vous souvenir, avant vous même?

Céline Huot

Exposition Basquita au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (du 15/10/2010 au 30/01/2011)

Commissaire général de l’exposition : Fabrice Hergott

Commissaires : Dieter Buchhart et Marie-Sophie Carron de la Carrière

Collé à partir de <http://fr.sitefreez.com/administration/modules/index.php?page=articles>

Publicités